La consommation d’analgésiques dans le cadre de la course à pied : un risque sanitaire à ne pas sous-estimer

Catégories

Medbase-Abtwil-Betschart-Hanspeter

Auteur :

Hanspeter Betschart, spécialiste en médecine interne générale FMH, médecine du sport SEMS, chef adjoint de la médecine Medbase Abtwil

 

 

 

Lors des compétitions de course à pied, jusqu’à la moitié des participants prennent des analgésiques, soit pour supprimer une douleur existante, soit à titre préventif pour éviter de ressentir une douleur pendant la course. C’est ce qu’ont montré des études menées dans le pays et à l’étranger. Cependant, une utilisation non contrôlée comporte un risque considérable pour la santé.

Les analgésiques peuvent être une bénédiction en cas de mal de tête ou de mal de ventre. Mais toute personne qui prend des anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que l’ibuprofène, le Voltaren et le Brufen, ou d’autres analgésiques (partamol, etc.) avant, pendant ou peu après la course met sa santé en danger. D’une part, parce que la douleur n’est pas prise au sérieux comme un signal d’alarme, et d’autre part, les effets secondaires des analgésiques sont plus fréquents lorsqu’ils sont accompagnés d’un effort physique.

La douleur comme signal d’alarme

Lorsqu’une articulation fait mal ou qu’un muscle se pince, le corps utilise la douleur comme un signal d’alarme indiquant qu’il y a un problème. Toutefois, si ces signaux d’alerte sont toujours ignorés et que les causes ne sont pas traitées, cela peut entraîner des blessures, voire des dommages permanents.

Que faire quand ça fait mal ?

De nombreux problèmes de genou, de pied ou de hanche sont dus à une surutilisation ou à une mauvaise utilisation du système musculo-squelettique. Il est donc utile de remettre en question de manière critique votre plan d’entraînement et d’écouter les signaux que votre corps vous envoie. Dans l’immédiat, vous pouvez refroidir la zone douloureuse, puis la réchauffer au fur et à mesure. Il est également important de faire une pause dans la course et de se reposer. Si la douleur ne s’atténue pas rapidement avec ces mesures, une visite chez le médecin est recommandée.
Attention : il faut toujours consulter un médecin si la douleur est tellement forte qu’elle nécessite le recours à des analgésiques.

Conseils d'entrainement

Les scientifiques et les médecins du sport de Medbase vérifient votre niveau de performance par un test d'endurance. Sur cette base, votre entraînement peut être conçu et dosé de manière optimale.

Plus d'informations à l'adresse suivante : https://www.medbase.ch/fr/sport/

Pas de sport pendant la prise d’analgésiques

Si des antidouleurs sont prescrits par un médecin du sport, il convient de respecter le plan de traitement (dosage, fréquence, moment de la prise, activité sportive, etc.) De cette façon, les effets négatifs peuvent être réduits au minimum et le plaisir de courir peut être maintenu. Les athlètes amateurs doivent faire une pause dans la course à pied tant qu’ils prennent des analgésiques.

Les effets secondaires sont plus fréquents pendant l’exercice

L’utilisation préventive d’analgésiques pendant les compétitions doit être évitée par principe – elle est dangereuse et moralement répréhensible pour les concurrents. Si les analgésiques sont pris sous l’effet du stress, la probabilité d’effets secondaires augmente. Un dysfonctionnement des reins, voire une insuffisance rénale, peut survenir. En outre, des ulcères peuvent se produire dans l’estomac et l’intestin grêle, ce qui peut provoquer des hémorragies potentiellement mortelles dans le tractus gastro-intestinal. Le système cardiovasculaire est également affecté ; par exemple, on observe une forte augmentation de la pression sanguine et une rétention d’eau dans les tissus.

Mais pourquoi y a-t-il une probabilité accrue d’effets secondaires ? Pendant le sport, par exemple pendant une course à pied, le système cardiovasculaire fonctionne à plein régime et l’équilibre des fluides peut devenir instable ; ces deux phénomènes favorisent l’apparition d’effets secondaires. L’utilisation d’analgésiques doit donc toujours être mûrement réfléchie et se faire uniquement après consultation d’un médecin (du sport). Outre l’examen des zones douloureuses, le médecin peut également rechercher des maladies des reins, du tube digestif ou du système circulatoire.

Conseils et astuces pour prévenir la douleur :

  • Augmentez lentement votre entraînement et diversifiez-le
  • Prévoyez des jours de repos et étirez-vous régulièrement
  • Réchauffez bien votre corps avant une course
  • Procurez-vous un bon équipement de course (adapté à la météo, chaussures de course adéquates)

Qui est Medbase ?

Medbase est le plus grand réseau multidisciplinaire de médecine du sport en Suisse et offre des services spécialisés de médecine du sport pour les athlètes, les clubs et les associations sportives de tous niveaux d’activité dans les domaines de la médecine du sport, de la physiothérapie du sport, du diagnostic de performance et des conseils d’entraînement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *