L’isocinétisme contre la douleur au genou

Catégories

Isokinetik

 

Gitta Molnár a couru, couru et couru… jusqu’à ce que son genou en fasse trop. Avec l’aide de l’isocinétisme et d’autres exercices, elle a retrouvé ses performances d’antan.

 

 

 

Gitta Molnár a commencé à courir il y a dix ans. D’abord de petites distances, puis de plus en plus longues. « Balaton Supermarathon » en Hongrie 2016, Schnebelhorn Panoramatrail 2017, Three Countries Marathon 2018 … La liste de ses courses s’est allongée au fil des ans.

En mars 2019, une « supercourse » était au programme, 50 kilomètres par jour pendant quatre jours – Molnár a terminé 4ème. Puis en avril, le marathon de Zurich avec de bons résultats et en juin 2019, les 100 kilomètres de Bienne. Gitta Molnár y est arrivée en 2ème AK. « C’était une expérience très spéciale. Mais c’était trop pour mon genou gauche », explique avec le recul cette coureuse amatrice de 37 ans.

Le genou pose des problèmes

Même avant cela, le genou avait commencé à se faire sentir. « Je ne pouvais plus courir correctement. » Molnár a commencé à faire des recherches sur Internet, mais n’a trouvé aucune information valable qui aurait pu l’aider. La douleur à l’avant de sa rotule s’est aggravée et l’a finalement obligée à arrêter de courir. « C’était mauvais. »

En juillet 2020, la coureuse a enfin trouvé un médecin qui a pu lui dire ce qui n’allait pas : tendinite rotulienne, tel était le diagnostic. Son tendon rotulien gauche était chroniquement enflammé et présentait déjà un défaut. Elle devrait être préparée à un long processus de guérison qui prendrait au moins six mois, a prédit Martin Narozny, chef de la médecine au Sports Medical Center de Zurich.

« Vous vous entraînez tellement – et soudainement vous n’avez plus le droit de faire quoi que ce soit. C’est dur, mentalement aussi », dit Gitta Molnár. Au lieu de l’entraînement habituel, elle a désormais adopté la thérapie par le sang, les traitements par ondes de choc, les étirements et les exercices physiques à domicile et les massages ou la thérapie manuelle une fois par semaine.

Triangulation isocinétique

Le cœur de la thérapie consistait en trois séries d’entraînement isocinétique. Le patient est attaché dans une chaise spéciale et sa jambe est fixée dans la « machine » isocinétique. Il garantit que l’entraînement est effectué avec une résistance variable à chaque angle, et au maximum individuel à chaque angle.

« Avec les machines d’exercice traditionnelles, où un poids est fixé, le muscle n’est sollicité au maximum que sous un angle et est sous-exploité sur le reste du mouvement. La machine Isokinetics vous permet de vous entraîner à votre maximum individuel à tout moment du mouvement. La machine mesure la force et ajuste la résistance à chaque instant », explique Sarina Fröhlich, physiothérapeute et kinésithérapeute du sport au Medbase Sports Medical Center de Zurich.

L’utilisation diagnostique de l’isocinétisme

« L’isocinétique peut être utilisée non seulement à des fins thérapeutiques, mais aussi diagnostiques », souligne Sarina Fröhlich. « C’est un bon moyen de voir où vous en êtes dans votre entraînement ou votre rééducation ». Avant l’entraînement, un test est effectué sur la « machine » isocinétique. Il s’agit de mesurer et d’enregistrer la force et sa progression. Cela permet d’identifier les déficits de coordination, les déficits de force maximale dans les comparaisons d’un côté à l’autre et les déséquilibres musculaires dans la jambe. Un entraînement ciblé peut alors être effectué sur le déficit, la capacité de charge des tissus peut être augmentée et les progrès peuvent être mesurés.

L’entraînement isocinétique est toujours un complément à un traitement ultérieur, « ce n’est jamais la seule méthode », souligne la physiothérapeute Rebecca Steinemann. Elle a guidé Molnár sur la machine. L’accompagnement physiothérapeutique était indispensable, dit M. Steinemann.

Petit à petit, la coureuse a été autorisée à exercer de plus en plus de force de manière contrôlée pendant l’entraînement isocinétique. La courbe de force est visible à l’écran pour le thérapeute et la coureuse et peut être contrôlée à tout moment.

Les applications possibles de l’isocinétique

En principe, l’entraînement isocinétique peut également être utilisé pour les problèmes d’épaule ou de tendon d’Achille. L’utilisation la plus courante, cependant, concerne le genou, que ce soit après une opération du ligament croisé, une déchirure du tendon rotulien, en raison d’un syndrome fémoropatellaire ou – comme dans le cas de Gitta Molnár – en raison d’une tendinopathie rotulienne.

« Même après des semaines de traitement, la douleur était toujours aussi forte. Le genou m’a fait mal pendant longtemps », se souvient la coureuse. « Dans un moment comme celui-là, il faut rester fort, même dans sa tête. »

Le point culminant pour Gitta Molnár a été l’entraînement « AlterG » : « soulagée » de son propre poids, la coureuse a été autorisée à s’entraîner sur ce tapis roulant spécial encore et encore à partir de l’automne 2020, en demi-flottant, pour ainsi dire. C’était « merveilleux », s’exclame-t-elle encore aujourd’hui.

« Le genou ne vit pas seulement de sa force », admet Sarina Fröhlich. « C’est pourquoi l’entraînement isocinétique seul ne suffisait pas. Il a besoin d’exercices supplémentaires pour la stabilité, par exemple. » Pendant six mois, Mme Molnár a suivi un programme de convalescence qui, en plus de l’isocinétisme, comprenait un entraînement de force normal, des exercices d’étirement, des exercices de stabilité, une friction profonde et une thérapie des points sensibles.

Conclusion de Molnàr

« Ça valait le coup », dit maintenant la coureuse. Fin décembre 2020, son médecin lui donne le feu vert pour faire un petit jogging pour la première fois. En attendant, Molnár parcourt à nouveau 35 kilomètres par semaine. En attendant, elle n’a pas encore retrouvé son niveau antérieur. « À l’époque, je courais 60 à 80, voire 100 kilomètres par semaine. »

Néanmoins, la coureuse est satisfaite : « La douleur a disparu. Si je n’avais pas fait l’entraînement isocinétique et tout le programme, j’aurais probablement encore des problèmes maintenant. Si tout continue à bien se passer, j’espère pouvoir courir un autre marathon cette année. J’aime les compétitions. »

 

 

Auteur : Martina Frei, journaliste médicale et scientifique, médecin

 

Qui est Medbase ?

Medbase est le plus grand réseau multidisciplinaire de médecine du sport en Suisse et offre des services spécialisés de médecine du sport pour les athlètes, les clubs et les associations sportives de tous niveaux d’activité dans les domaines de la médecine du sport, de la physiothérapie du sport, du diagnostic de performance et des conseils d’entraînement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *