TheRunningEffect – Florian Lussy

Catégories

Pour Florian Lussy, la course à pied est plus qu’un hobby – c’est un mode de vie qui a forgé son caractère. Ayant grandi dans le cadre idyllique de la Suisse centrale, il s’est aventuré au Texas pour suivre sa passion, la course à pied. Aujourd’hui, il est de retour des États-Unis et nous raconte son évolution personnelle en tant qu’homme et sa transformation d’un coureur orienté vers les résultats en un coureur orienté vers les processus.

Il vient d’atterrir et attend dans le hall d’arrivée de l’aéroport de Dallas. La question de savoir ce qui se passerait si personne ne venait le chercher surgit à l’improviste. Nous sommes en 2015 et Florian Lussy attend l’entraîneur du collège local qui lui a permis d’obtenir une bourse et de rejoindre sa propre équipe de course à pied. Une nouvelle voie et une nouvelle impulsion d’entraînement devaient le hisser à un niveau supérieur dans sa carrière de coureur dans les années à venir.

Le parcours universitaire

Aujourd’hui âgé de 28 ans, Lussy a quitté Oberdorf (Nidwald) pour rejoindre la North Texas University à Dallas, avant de revenir en Suisse un peu plus de quatre ans plus tard. Mais son voyage sportif a commencé 13 ans plus tôt, lorsque à l’âge de 8 ans, il a participé à la course de Nidwald, juste devant chez lui, et qu’il a soudainement pris goût à se mesurer en duel direct avec ses camarades – et à réussir. Associé à la bonne dynamique de groupe, d’abord au sein du club de jeunesse puis du club de course, il a très tôt constitué un terreau fertile pour la carrière de coureur qui s’annonçait.

L’amour du sport a également influencé le choix de la formation professionnelle. Inspiré par la passion du personnel de vente dans les magasins de course à pied, il a opté pour une formation de gestionnaire du commerce de détail chez un grand représentant d’articles de sport. Le choix s’est donc porté sur une grande entreprise, car il y a vu la chance de pouvoir consacrer suffisamment de temps à l’entraînement en plus de l’apprentissage.

Il a toutefois fallu attendre la fin de son apprentissage pour que Florian Lussy s’établisse comme l’un des meilleurs coureurs de Suisse et se qualifie à deux reprises pour les championnats d’Europe de cross U20. Lors de la première des deux participations aux championnats, un phénomène aussi inattendu que révélateur s’est produit. À peine arrivé dans sa chambre d’hôtel, les premiers messages de coachs universitaires américains lui sont parvenus sur sa boîte Facebook, lui souhaitant bonne chance pour la tâche qui l’attendait. Après une performance « plutôt solide » et une 49e place, les félicitations se sont rapidement transformées en offres de bourses concrètes.

Ces offres ont touché une corde sensible, car Lussy avait depuis longtemps des doutes sur la « mentalité suisse » qui consiste à travailler en premier lieu pour courir après l’argent. Au fil des mois, il est devenu de plus en plus évident qu’il pourrait mieux vivre le style de vie qu’il souhaitait aux Etats-Unis en se concentrant entièrement sur le sport. Et tout cela avec le bel effet secondaire de pouvoir combiner cela avec un bachelor en gestion des événements et du sport.

Le développement personnel aux Etats-Unis

florian lussy 2

C’est ainsi qu’en 2015, après avoir obtenu la maturité professionnelle requise, il se trouvait dans le hall d’arrivée à Dallas et attendait l’entraîneur qui devait venir le chercher. Avec quelques minutes de retard, celle-ci est arrivée et l’a conduit dans le quartier où il allait vivre et s’entraîner les années suivantes.

Aux États-Unis, Florian Lussy n’a pas seulement évolué sur le plan sportif. Sa vision du sport et ses motivations ont également changé durant cette période. Après un départ parfait et une victoire lors de la première course, il s’est blessé et pour la première fois, il a senti qu’il était soumis à une pression extérieure :

« Quand tu es blessé, c’est difficile, car la pression d’être prêt pour la prochaine course est omniprésente. En Suisse, j’étais responsable de moi-même et j’avais le temps d’écouter mon propre corps. Aux Etats-Unis, j’avais aussi une responsabilité envers le coach et l’équipe. Car si je ne livrais pas de résultats, cela avait aussi un impact sur la sécurité de leur emploi ».

Il est ainsi arrivé qu’on le pousse à participer à des courses alors qu’il n’était pas encore prêt à le faire. Par la suite, Lussy a été de plus en plus souvent gêné par des blessures et il a commencé à comprendre que l’objectif ne devait pas être en premier lieu les résultats, mais de longues phases d’entraînement sans interruptions liées aux blessures.

« Je sais maintenant qu’un entraînement ou une compétition ne changera pas ma carrière sportive de manière significative. Mais si je parviens à m’entraîner sur une longue période sans m’arrêter, alors je peux faire bouger les choses ».

Cette prise de conscience, combinée à un changement au sein de l’équipe d’entraîneurs, lui a permis de s’entraîner de manière plus détendue et de personnaliser davantage ses entraînements.

Ce n’est pas seulement le passage de la pensée du résultat à celle du processus qui l’a fait progresser personnellement pendant son séjour aux États-Unis. Il a également pu tirer profit de cette période sur le plan linguistique et a bien sûr aussi apprécié le temps passé avec ses collègues coureurs*. Le fait de partager un appartement avec trois autres fous de course à pied a été très inspirant pour quelqu’un qui, comme lui, peut parler de course à pied toute la journée. Ensemble, ils ont pu partager leur passion pour la course et essayer de nouvelles méthodes d’entraînement.

Les études, qui au début étaient plus un moyen qu’une fin, se sont également révélées être une aubaine. Le plaisir de la formation s’est intensifié au fur et à mesure de l’approfondissement du sujet – la soif de formation est pour ainsi dire venue en mangeant.

Le retour en Suisse

Après quatre ans à Dallas, il est revenu en Suisse en 2020 pendant la crise de Corona, un peu plus tôt que prévu, et a terminé à distance les études qu’il avait commencées. Il a commencé à sentir qu’il était déjà un peu plus âgé que ses camarades d’études et s’est réjoui de pouvoir planifier son entraînement de manière plus individuelle.

Entre-temps, la course à pied a conduit Florian Lussy d’Oberdorf à Berne, en passant par Dallas, et l’a transformé d’un coureur orienté vers les résultats en un athlète focalisé sur les processus. Mais ce qui est resté au fil des années, c’est l’engagement sans compromis qu’il peut transposer de la course à pied à d’autres domaines de la vie : « Nous, les coureurs, sommes habitués à nous concentrer non seulement sur la course, mais aussi sur la nourriture et le sommeil. Cette façon de penser se transpose ensuite dans le monde professionnel ». Ainsi, il n’est pas question pour lui d’exercer à l’avenir un travail où il ne serait actif qu’aux heures de bureau – il s’imagine plutôt quelque chose qui le solliciterait 24 heures sur 24. Une qualité dont l’équipe running.COACH pourra également se réjouir à partir de juin. En effet, à partir de cette date, Lussy pourra également vivre sa passion pour la course à pied au travail en tant que membre de l’équipe running.COACH.

 

PROFIL

  • Date de naissance : 15.01.1994
  • Lieu de résidence : Berne
  • Formation : Bachelor of Science in Recreation, Event and Sport Management, University of North Texas
  • Équipe : LA Nidwalden depuis 2003, UNT Athletics (USA) 2016 – 2020

 

MEILLEURS TEMPS

  • 1500 m : 03:52.17
  • 3000 m : 08:21.40
  • 5000 m : 14:18.60
  • 10000 m : 30:37.79

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *