Un mode de vie sain grâce à la course à pied – Analyse d’une étude

Catégories

Le sport récréatif contribue positivement à la qualité de vie et à la santé. Mais quels sont les avantages ? Y a-t-il des inconvénients ? Qu’est-ce qui pousse une personne à se mettre à courir ? Nous allons le découvrir ensemble dans l’analyse de cet article scientifique. 

Dans ce récent article de blog, nous examinons le thème de la course longue distance en relation avec le désir commun d’un mode de vie sain. La perception publique dépeint la course à pied comme une activité bénéfique pour la santé, plus que tout autre sport. Depuis les années 1970, la course à pied a gagné en importance et en popularité en tant qu’activité de loisirs. Le nombre de coureurs amateurs augmente chaque année.

L’une des influences est sans aucun doute les nombreux marathons et événements internationaux de course à pied qui sont organisés dans les grandes villes. L’image que véhicule la course à pied est celle d’un sport qui contribue également à des objectifs « socio-gouvernementaux », tels que la lutte contre l’obésité, l’augmentation de l’activité récréative et la recherche d’une vie saine et du bien-être. La course est devenue « une expérience presque spirituelle, sensuelle et poétique qui peut améliorer la qualité de vie du participant » (Bale, Landscapes of Modern Sport, 1994).

L’étude scientifique sur laquelle se base notre article vise à comprendre les expériences d’un groupe de « participants actifs » de loisirs (dans notre cas, des coureurs de longue distance) et à analyser les avantages (ou les inconvénients) de ces expériences en relation avec les concepts de santé et de bien-être. L’un des concepts clés qui ressort de la recherche est le suivant : la principale raison pour laquelle les gens choisissent la course à pied comme activité de loisirs est le désir d’adopter un mode de vie sain. À partir de cette hypothèse, quatre sous-thèmes principaux ont été extrapolés, que nous analyserons ci-dessous.

La nécessité de faire de l’exercice

Le premier sous-thème qui ressort de la recherche est la nécessité de s’entraîner et de faire de l’exercice au quotidien. De nombreux coureurs ressentent réellement un besoin intrinsèque de pratiquer ce sport et les raisons en sont variées :

  • Maintenir une bonne condition physique
  • Échapper aux soucis et aux anxiétés de la vie
  • Réfléchir loin des pressions du quotidien
  • Acquérir un sentiment d’identité et d’appartenance à une communauté
  • Perte de poids (ou contrôle)

Le mode de vie sain recherché existe en termes de santé mentale et physique.

Une dépendance à la course à pied

Alors que dans la section précédente, nous avons énuméré une longue liste d’avantages de la course à pied, ce deuxième sous-thème met en évidence un effet négatif de la course sur plusieurs participants : être dépendant de la course à pied. Les sentiments résultant de cette dépendance peuvent également être positifs, par exemple le dévouement, la volonté de surmonter un défi, la possibilité d’oublier les problèmes de la vie, le sport comme antidépresseur.

Les aspects négatifs sont cependant plus nombreux, et c’est au coureur de comprendre où se situe la limite, et à quel moment l’activité sportive devient presque une obsession aux conséquences autodestructrices. C’est ce qu’on appelle « exercice compulsif », et certaines personnes font face au stress quotidien par ce biais, tout comme d’autres se tournent vers l’alcool ou les drogues ! Voici une liste des risques du surentraînement :

  • Dommage pour le corps (par exemple, les athlètes qui continuent à faire de l’exercice même s’ils sont blessés, parce qu’ils se sentent coupables de rester à la maison et de ne pas faire d’activité sportive)
  • Dégradation de la santé mentale (obsession malsaine d’atteindre des objectifs)
  • Adaptation sociale
  • Mauvaise humeur
  • Augmentation de la tension
  • Fatigue
  • Perte d’appétit
  • Insomnie
  • Obsession du régime et de la nutrition

Ce « piège du surentraînement » existe donc pour de certains coureurs. Il s’agit toutefois de rares exceptions, malgré les nombreux points de déclenchement. D’ailleurs, un plan d’entraînement personnalisé tel que running.COACH peut vous aider à garder le contrôle de votre entraînement et à éviter le surentraînement. Dans tous les cas, il est important de se rappeler la chose suivante : la régénération est aussi importante que l’entraînement lui-même !

Une augmentation de l’estime de soi

Un troisième effet de la course sur les participants est l’augmentation de l’estime de soi. Les bienfaits de ce sport sur notre santé mentale sont évidents : les entretiens ont révélé à plusieurs reprises un sentiment de joie pure et d’euphorie typique de l’après-course. Ces émotions aident à détruire les sentiments négatifs et fournissent en même temps la force et l’énergie nécessaires pour faire face aux situations complexes de la vie quotidienne. En particulier, la conscience de soi joue un rôle important : la persévérance et la concentration dont on fait preuve pendant la course peuvent être reproduites dans la vie réelle, dans la façon dont on fait face aux problèmes. Cela peut vous donner un coup de pouce mental supplémentaire lorsque vous vous sentez triste, fatigué ou pas à la hauteur de la tâche.

D’ailleurs, ce « high naturel » du coureur est connu sous le nom de « Runner’s High« , un état psychophysique caractérisé par la relaxation, l’euphorie et le bien-être induit par la libération d’endorphines (liées aux zones du cerveau associées aux émotions). En pratique, le corps s’intoxique avec les drogues qu’il produit.

Appréciation esthétique

Abordons enfin le dernier sous-thème, qui est étroitement lié à la société dans laquelle nous vivons. Dans le monde occidental en particulier, l’apparence physique joue un rôle central. Pour de nombreux coureurs, la raison de courir est l’attrait, le fait d’être apprécié pour son corps. On parle même de « projet corporel » (Shilling, The Body and Social Theory, 2003), dans le sens où une personne décide de se mettre à courir précisément pour remodeler son corps et son identité individuelle par la « gestion » et l' »entretien ». Fonctionnalité et esthétique sont liées, ce qui est l’aspect le plus important pour de nombreux coureurs.

Nous ne parlons pas seulement de la valeur que cette activité sportive véhicule, mais aussi de la valeur symbolique qu’elle représente. Le corps mince contraste fortement avec la société sédentaire dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Elle construit donc l’image d’une personne saine, disciplinée, investie culturellement et économiquement.

Conclusion

Cette étude scientifique a mis en évidence des concepts intéressants : une activité sportive pratiquée de manière régulière (dans ce cas, la course à pied) a beaucoup de potentiel. Non seulement elle vous permet de bénéficier des avantages de la course à pied pour votre corps et votre esprit. La course à pied favorise également des valeurs sociales telles que le bien-être psychologique, le vieillissement sain et la réduction de l’obésité.

Dans cet esprit : continuez à courir !

Source : Running free: Embracing a healthy lifestyle through distance running

1 réponse sur « Un mode de vie sain grâce à la course à pied – Analyse d’une étude »

Analyse intéressante. Reste à savoir comment ne pas basculer du coté obscure 🙂 Francesco, une piste pour un prochain article… comment trouver le bon équilibre dans l’intensité de la pratique de la course à pied !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *