Catégories
Medical Corner

La dérive cardiovasculaire – Le phénomène de pulsation expliqué

La dérive cardiovasculaire est une réaction physiologique très personnelle qui dépend de différents facteurs. Dans ce cas, la fréquence cardiaque augmente avec le temps d’entraînement, même si l’intensité de l’entraînement reste la même.

Fréquence cardiaque et dérive cardiovasculaire

Au début de l’entraînement, la fréquence cardiaque connaît une augmentation initiale, puis se stabilise par la suite alors que l’intensité de l’activité reste constante. Ce processus est généralement complet en 1 ou 2 minutes, en fonction de l’âge de l’athlète. La dérive cardiovasculaire peut survenir à tout moment lorsque l’intensité de l’entraînement demeure constante et est influencée par diverses variables telles que la fréquence cardiaque au repos du jour, la digestion, l’hydratation et d’autres facteurs.

Raisons pouvant causer la dérive cardiovasculaire

  1. Augmentation de la température corporelle : L’élévation de la température corporelle, similaire aux effets de la course par une journée chaude, entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque.
  2. La transpiration : La transpiration entraîne une perte significative de liquide qui doit être réabsorbé, car la déshydratation a été démontrée comme une cause possible de la dérive cardiovasculaire (pour en savoir plus).
  3. Températures élevées en extérieur : Les températures chaudes en extérieur peuvent induire un début d’entraînement avec une fréquence cardiaque plus élevée.
  4. Entraînements précédents : Les séances d’entraînement antérieures peuvent influencer le niveau de fatigue et, par conséquent, la fréquence cardiaque.
  5. De multiples autres facteurs qui, lorsqu’ils sont combinés de la bonne manière, peuvent contribuer à la manifestation de la dérive cardiovasculaire.

Effets de la dérive cardiovasculaire

  • « Compétition pour les apports sanguins » : comme le corps tente de réguler la température corporelle, le flux sanguin vers la peau augmente automatiquement. Cependant, les muscles actifs doivent également être approvisionnés en sang, ce qui entraîne une « compétition pour l’approvisionnement en sang ».
  • Pour maintenir une absorption constante d’oxygène, le cœur doit pomper plus de sang par minute afin d’alimenter à la fois les muscles et le « système de refroidissement ». En fait, rien d’autre ne change, car les processus tels que la fréquence respiratoire restent les mêmes ; seule la fréquence cardiaque augmente.
  • Mauvaise interprétation de la fréquence cardiaque : Il est essentiel de se rappeler toujours que les données relatives à la fréquence cardiaque doivent être interprétées et analysées en tenant compte de la situation spécifique et de tous les facteurs.

Ne pas confondre le retard de la fréquence cardiaque avec la dérive cardiovasculaire

La dérive cardiovasculaire représente une variation de la fréquence cardiaque, même lorsque l’intensité de l’entraînement reste constante. Ce phénomène diffère de l’adaptation retardée de la fréquence cardiaque en réponse aux variations de la puissance fournie.

Le retard se manifeste lors des séances d’entraînement par intervalles, où une augmentation initiale de l’intensité entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque seulement après un certain délai. De manière similaire, la fréquence cardiaque peut diminuer seulement après un certain laps de temps depuis la fin d’un effort en intervalles. Cependant, il est important de souligner que ce retard ne correspond pas à la dérive cardiovasculaire décrite précédemment.

Le retard est causé par le fait que la fréquence cardiaque est une réponse aux variations de l’effort et non une mesure directe de celui-ci. Cela rend la fréquence cardiaque susceptible à différents facteurs, tels que le moment et le type de repas, les conditions météorologiques et les niveaux de stress. L’utilisation de valeurs de puissance (watts) pour mesurer l’entraînement offre, quant à elle, une mesure plus précise car ces valeurs ne dépendent pas d’autres facteurs variables.

La dérive cardiovasculaire : l’exemple d’un coureur

L’exemple mentionné ci-dessus est basé sur la vitesse d’un coureur et non sur les watts, mais comme l’entraînement a été réalisé sur un terrain plat, cela est sans importance. La ligne bleue indique la vitesse, tandis que la ligne rouge représente la fréquence cardiaque. Les dix premières minutes de la course servent d’échauffement, avec une augmentation à la fois de la vitesse et de la fréquence cardiaque.

Au début du premier intervalle d’effort, on observe une augmentation immédiate de la vitesse, suivie d’une augmentation « lente » de la fréquence cardiaque (la même chose se produit lorsque l’effort en intervalles est terminé).

Ce qui est pertinent est le suivant : alors que la vitesse du coureur reste approximativement constante à chaque intervalle, la fréquence cardiaque augmente initialement, atteint un plateau et augmente à nouveau après environ 10 minutes. Ainsi, la fréquence cardiaque augmente alors que l’intensité de l’entraînement ne change pas. Ce phénomène met clairement en évidence la dérive cardiovasculaire dans un contexte d’entraînement « réel ».

Pourquoi est-il important de comprendre la dérive cardiovasculaire ?

Diverses interprétations erronées de la fréquence cardiaque, principalement dues à la dérive cardiovasculaire, peuvent conduire à des conclusions ou analyses trompeuses.

  • Risque de sous-entraînement : Si, par exemple, on prévoit de courir à une fréquence cardiaque de 140-150 bpm, initialement, on sera dans cette zone au début de l’entraînement. Cependant, après un certain temps, la fréquence cardiaque augmentera, et on pourrait ralentir le rythme dans une tentative de la réduire. Cela peut conduire à un entraînement à une vitesse ou intensité incorrecte, car la vitesse ne correspond pas au niveau d’effort ou à la puissance fournie.
  • Impact sur l’entraînement pour la perte de poids : De nombreux appareils et calculateurs en ligne utilisent encore la fréquence cardiaque pour estimer les calories brûlées. Cette approche suppose à tort qu’une augmentation de la fréquence cardiaque correspond à une plus grande quantité de calories brûlées. Cependant, cela n’est pas valable lorsqu’on considère la présence de la dérive cardiovasculaire.

Existe-t-il des options pour gérer la dérive cardiovasculaire ?

En réalité, la dérive cardiovasculaire ne représente pas nécessairement un aspect négatif de l’entraînement ; c’est simplement un phénomène à prendre en compte lors de l’analyse de l’activité physique. Surtout pour ceux qui basent leurs entraînements sur la fréquence cardiaque, la dérive cardiovasculaire et ses effets secondaires peuvent être trompeurs. Malheureusement, les possibilités d’intervention sont limitées. Si l’entraînement se fait en intérieur, une solution pourrait être de « refroidir » le corps, par exemple avec un ventilateur, pour prévenir une augmentation rapide de la température corporelle.

De plus, maintenir un niveau adéquat d’hydratation peut contribuer à réduire la dérive cardiovasculaire. Pour optimiser l’entraînement, il pourrait être utile de passer à une analyse basée sur la puissance.

En conclusion, il est important de comprendre que nous pouvons exercer une influence limitée sur la dérive cardiovasculaire. Par conséquent, la meilleure approche consiste à prendre note du phénomène et à essayer d’en minimiser l’impact en se concentrant sur des paramètres plus objectifs, tels que la vitesse sur des parcours plats.

 

Crée un plan d’entraînement personnalisé et dynamique avec running.COACH qui, à partir de ton niveau de condition physique actuel, te préparera de manière optimale pour tes objectifs de course. Essaie running.COACH gratuitement pendant deux semaines après la première connexion !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.