Catégories
Entraînement Général Medical Corner

Taux d’ozone élevés – comment ils influencent l’entraînement (de course)

Si la plupart des Européens se réjouissent du merveilleux temps estival, il représente un véritable défi pour les coureurs. Dans cet article, nous analysons les problèmes potentiels causés par des niveaux d’ozone élevés et expliquons à quel moment il convient de prendre des mesures appropriées.

Qu’est-ce que l’ozone et quand apparaît-il ?

L’ozone est une forme très réactive d’oxygène qui se trouve dans l’atmosphère terrestre et qui peut être d’origine naturelle ou humaine. Alors qu’il forme une couche protectrice dans la haute atmosphère, appelée stratosphère, et nous protège ainsi des rayons UV du soleil, il peut constituer un problème pour notre santé dans la basse atmosphère (la troposphère).

C’est là que l’ozone se forme par une réaction chimique entre les polluants atmosphériques tels que les oxydes d’azote (NOx) et l’oxygène O2 sous l’influence du rayonnement UV ou, en bref, lorsque la lumière du soleil rencontre les polluants atmosphériques.

Crée un plan d’entraînement de course dynamique et sur mesure avec running.COACH, qui te prépare de manière optimale à tes objectifs de course en fonction de ton niveau de forme actuel.

Clique ici pour essayer running.COACH gratuitement

Quels symptômes et problèmes l’ozone peut-il provoquer ?

L’ozone présent dans l’air peut irriter les voies respiratoires et provoquer des symptômes tels que toux, difficultés respiratoires, irritations des muqueuses et inflammations. Les personnes particulièrement sensibles, comme celles souffrant d’asthme ou d’autres maladies respiratoires, sont plus exposées. L’effort physique et la plus grande quantité d’air « respiré » qui en découle conduisent logiquement les coureurs à être exposés à une plus grande quantité d’air contenant de l’ozone.

Les niveaux d’ozone au cours de la journée

Ozon und Laufen

Le graphique ci-dessus, qui présente les valeurs d’ozone pour une journée de juin à Zurich, le montre bien : Dès 8 heures, les valeurs d’ozone commencent à augmenter lors d’une journée d’été ensoleillée. Elles atteignent leur pic à 18 heures.

Selon la « Ligue pulmonaire suisse », il faut s’attendre à des réactions sanitaires à partir d’une concentration de 120µg/m³. Par une journée d’été chaude et très ensoleillée, il est donc recommandé d’aller courir avant 12 heures ou après 21 heures le soir.

Comment adapter son entraînement aux niveaux d’ozone ?

Les moments optimaux pour les activités en plein air en été sont généralement le début de la matinée, avant que des niveaux d’ozone élevés ne se forment, et la fin de soirée après 21 heures, lorsque les niveaux ont diminué.

Pendant les heures les plus claires de la journée, il est conseillé de s’entraîner dans des salles de sport ou de fitness. En général, les coureurs qui souffrent de toux et d’yeux larmoyants les jours ensoleillés tirent profit des activités en intérieur.

Les clubs de fitness modernes sont souvent entièrement climatisés et permettent de s’entraîner agréablement même lorsque les températures extérieures sont extrêmes. De plus, le risque de coup de soleil est éliminé. On peut se défouler comme il se doit et peut-être même participer à un programme d’aqua-fitness rafraîchissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.